Le début du minimalisme

Le début du minimalisme

Par où commencer?

Depuis quelques années, je me rend compte que l’humanité s’engouffre dans ce monde de surconsommation. Tout en reconnaissant que moi aussi j’en fais partie, j’aime bien l’idée de commencer  graduellement à faire ma part dans cette société. Après tout. il n’est jamais trop tard pour commencer à poser des petits gestes simples!

J’ai envie de vous expliquer comment j’ai débuté à faire ce bout de chemin dans ma tête. J’avais envie de devenir, une étape à la fois, une personne qui se rapproche de plus en plus au minimalisme. Qui sait? Peut-être aurez-vous envie d’en faire autant?

Je crois que même si on nous parle plus régulièrement du minimalisme et de la surconsommation, on ne peut pas savoir ce que c’est tant qu’on ne se sent pas prêt. Pour ma part, c’est en septembre 2021 que tout a commencé.

Les anniversaires

Chaque année, lorsque c’est l’anniversaire de mes enfants, on mets le paquet ma famille et moi!

On commande un gros buffet. On achète des ballons gonflés à l’hélium, des articles de tables et des décorations. De plus, il y a des cadeaux à la tonne. Quand c’est le temps de les déballer, cela prends tellement de temps que ça ne finit plus! Sans parler du gâteau immense que je prépare comme si c’était un mariage! Est-ce que j’aime ça? Évidemment, c’est sur que oui! J’aime voir mes enfants et ma famille heureuse. Est-ce que j’aime organiser et planifier ses anniversaires? C’est clair! Cependant, je crois fortement qu’on peut tout faire cela en minimisant notre consommation.

Depuis le dernier anniversaire du mois de septembre, le temps a passé. Les jouets et les objets ont continué de s’accumuler dans notre maison. Quant à moi, j’aime toujours aller faire un tour dans les magasins. J’aime y aller pour découvrir les nouveautés en magasin. J’achète des jouets, des vêtements et tout ce que je pense qui pourrait être utile dans notre quotidien. Pour tout vous dire, je suis loin d’être parfaite! J’adore que tout soit bien organisé. Pour cette raison, je suis une consommatrice de bacs de plastique. J’en achète pour ranger les jouets, pour y entreposer les souvenirs, pour ranger les produits ménagers et pour bien d’autres utilités.

Prise de conscience

Lors de l’anniversaire de ma fille, je me suis rendue compte que tout cela était beaucoup trop. Pour tout vous dire, il y a des jouets qu’elle n’a jamais touché encore. Il est vrai qu’à la base nous faisons cela par amour pour nos enfants ou pour nos proches, mais à quel prix? Est-ce qu’en nous comblant de matériel, nous serons plus heureux? Le fait de jouer et de passer du temps de qualité en famille nous serait-il pas plus bénéfique?

C’est suite à mes réflexions de l’automne 2021 et à ceux de cet hiver que j’ai décidé de me mettre à l’action. Pourtant, bien que je souhaite passer de consommatrice à minimaliste, cela peut prendre du temps et de la patience. Je suis consciente que devenir minimaliste fait parti d’un long processus. Épurer, vendre ou donner des effets auxquels on s’est attaché est bien souvent difficile. C’est pour cela que toutes les personnes qui ont commencé à mettre en pratique ce mode de vie, nous conseille d’y aller une pièce à la fois. On m’a aussi conseillée d’y aller à mon rythme pour ne pas me décourager. Qu’en pensez-vous? Seriez-vous prêtes à vous débarrasser d’objets afin de prioriser notre planète et notre bien-être? Êtes-vous-vous prêtes à épurer votre maison?

Demander conseil

Après ma prise de conscience, j’ai demandé conseils. J’ai reçu plusieurs recommandations intéressantes sur les réseaux sociaux. La plus belle découverte que j’ai fait jusqu’à présent est le livre »Minimal» de Laurie Barette et de Stéphanie Mandréa. Le livre est tellement captivant que je l’ai relu à deux reprises et que je vais encore le relire. Les auteurs nous partagent des stratégies afin de minimiser nos achats et nos consommations. Elles offrent plusieurs idées de recettes de produits ménagers et de produits pour le corps qui sont éco-responsables. Ces produits sont fabriqués avec les même ingrédients que l’on retrouve presque toujours dans notre maison. Cela nous occasionne alors moins de dépenses car nos armoires en contiennent déjà. Ce livre a fait  grande une différence dans mon quotidien et il m’a convaincue de devenir active dans ce mode de vie.

Je me suis aussi mise à  faire des recherches sur le web afin de découvrir des boutiques éco-responsables tel que: des épicerie zéro déchet et des boutiques de vêtements locaux. Je n’ai pas encore terminé et ce n’est que le début! Au fil du temps, je vous partagerais mes découvertes préférées!

Les capsules YouTube m’aide aussi beaucoup a y voir plus clair!

Minimalisme versus zéro déchet

La barre est très mince entre le minimalisme et le zéro déchet. Si on regarde la définition du mot minimaliste, on peut y lire: «réduit, simplifié au strict minimum». D’un autre côté, le zéro déchet signifie «formation d’un mouvement afin de protéger notre planète contre le gaspillage de nos ressources,  diminuer la quantité de déchets produits par l’humain». Quand on diminue nos consommations, on devient à la fois minimaliste et zéro déchet. Comme je vous disais, bien que les deux définitions soient bien différentes, l’une ne va pas sans l’autre.

Bref, plus vous rencontrez des gens qui pratiquent le minimalisme et plus vous pourrez avoir des discussions enrichissantes sur le sujet. Ces personnes que vous croiserez auront beaucoup à vous apprendre. Soyez à l’écoute, elles sont là pour vous aider! Elles ont déjà commencé à épurer leur maison. Bien qu’il n’est pas facile de se débarrasser de tout du premier coup, ensemble on y arrivera!

Le premier pas!

Aujourd’hui, j’ai fait un premier pas. J’ai commencé à trier ce que je voulais garder dans la cuisine et ce que je voulais donner. J’ai épuré beaucoup les armoires, ainsi que les tiroirs. Je me suis laissé des choses dans une armoire parce que j’hésitais encore à m’en débarrasser. Je me suis alors fixé un objectif précis en me disant que si je ne les utilisais pas dans le prochains mois, je les donnerais.

La semaine passée, je suis allée au magasin. J’avais acheté des vêtements à ma fille dont les tailles ne lui convenaient pas. Lorsque je suis arrivée à la boutique, je voulais changer toutes les grandeurs. Finalement, je me suis demandée si j’avais réellement besoin de lui acheter tous ses vêtements-là. Ma réponse a été non. Je m’étais bien parlée dans ma tête, mais une fois arrivée pour faire mon échange/remboursement la dame m’a annoncé qu’elle ne pouvait pas me rembourser parce que je n’avais pas la bonne carte sur moi. Je pouvais uniquement faire un échange. En plus, il fallait que je dépasse le montant de mon achat précédent.

Alors, je retourne dans le magasin pour acheter d’autres vêtements puisque j’ai oublié l’autre carte dans mon autre manteau. Après tout, ça me dérange pas, j’aime magasiner et que ma fille porte de beaux vêtement!

En mode solution!

Une fois les nouveaux vêtements trouvés, je retourne voir la dame. Je lui demande alors de vérifier le montant et de m’avertir quand je l’aurai atteint. Je ne voulais pas que cela me coute plus cher que ce que j’avais acheté précédemment! Je continuais de me dire que je n’avais pas besoin de tous ces vêtements-là.  La caissière me fait payer le nouveau montant. Je réfléchis toujours et je suis seule à la caisse. Elle me remet ma facture et là, une lumière s’allume dans ma tête! Je lui demande: «Maintenant, est-ce que ça vous incommoderait beaucoup si je me faisais rembourser ces vêtements-là? J’en ai vraiment pas besoin». Elle, vraiment gentille, me rassure que non  et me rembourse gentiment.

Je peux vous dire que j’étais fière de moi, malgré tout. J’ai tenu mon bout et j’ai réussi à laisser les vêtements au magasin et ce, même s’il me plaisait beaucoup.

Mon dernier pas de la journée est que j’ai commencé à faire une boite de vêtements que je vais donner à une collègue de travail qui l’utilisera pour sa fille! Donner une deuxième vie aux vêtements est très important, tout en sachant que l’industrie du textile pollue énormément notre planète.

Donc, voici mes premiers pas personnels!

En conclusion

Pour terminer, j’espère vous avoir fait réfléchir sur le mode de vie minimal. Je voulais également vous encourager à commencer à le faire en même temps que moi. Ensemble, on peut se partager nos bonnes actions. Qu’est-ce que tu serais prête a faire pour rendre ta maison minimale? Raconte-moi par quoi tu aimerais commencer ou si tu as déjà commencé parle-nous de tes expériences!

 

 

 

 

 

 

Signé

Partagez sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *